L’avènement des nouvelles technologies de l’information et de la communication (TIC) a non seulement décuplé les échanges d’informations entre individus, entreprises et gouvernements, mais également bouleversé la hiérarchie et l’organisation de ces échanges. Cet environnement numérique imprévisible est une jungle dans laquelle les apparences et les informations sont trompeuses. Le prédateur le plus dangereux est la fake news! Quelle attitude et quelles mesures devons-nous adopter pour ne pas se faire surprendre et se laisser piéger ?

Le mot est sur toutes les lèvres et dans tous les journaux : la fake news. Le phénomène en soi n’est pas nouveau. Les technologiques de l’information et de la communication ainsi que le sentiment d’anonymat que procure le web l’ont démocratisé à une vitesse phénoménale.

Surveiller et agir :

Chaque entreprise ou individu peut se retrouver contre sa volonté au cœur d’une fake news. Un fournisseur indélicat, un client mécontent ou encore un ancien employé peut déclencher une véritable tempête médiatique en publiant et en faisant partager du contenu sur le web. De manière plus subtile, un concurrent ou un éventuel repreneur pourrait lancer une campagne de “black marketing” dans le but d’affaiblir la position d’une entreprise afin de prendre des parts de marchés, respectivement de l’affaiblir en vue de la racheter et d’acquérir son savoir-faire.

Pour faire face à ces attaques, des outils de surveillance tels que le monitoring sont mis en place. Nos systèmes de veille nous permettent de surveiller l’activité qui existe sur votre e-réputation ainsi que les acteurs du marché actuel. En cas d’activité suspecte, nos clients sont instantanément informés et pourront rapidement mettre en place une stratégie de défense.

Nous ne pouvons pas empêcher quelqu’un de publier du contenu néfaste à l’égard de votre personne ou entreprise, cependant, il est possible d’isoler ce contenu, de le marginaliser et de limiter son indexation numérique afin de contenir rapidement ces nuisances qui vous touchent.

Administrateur, lieutenant-colonel de l’armée suisse et fondateur de VICI Swiss Competitive Intelligence, Daniel Donnet-Monay livre un regard déterminé et volontaire pour affronter les dangers actuels du numérique : “Le premier constat que je pose, c’est que nous sommes en pleine guerre économique. Je sais que ce mot déplaît beaucoup, mais il faut nommer les choses par leurs noms. Ensuite, je souhaite aider et accompagner les entreprises dans leur avancement avec ces outils technologiques. Ce n’est pas parce que les nouvelles technologies sont difficiles à s’approprier, qu’elles ne représentent pas de vraies opportunités pour les entrepreneurs. Il existe non seulement des moyens de se défendre, mais aussi de prendre l’initiative de passer à l’offensive. Je terminerais par citer cette phrase de Napoléon Bonaparte qui disait : ” Perdre une bataille est acceptable, mais se faire surprendre est inacceptable.” Et cette affirmation prend encore plus de sens en vue de l’avancement du numérique.”

 

L’équipe VICI Swiss Competitive Intelligence, & CEO Daniel Donnet-Monay.